VW Golf: également un précurseur électrique

La Golf de VW n’est pas seulement le modèle pionnier de la classe moyenne des compactes et l’une des voitures les plus vendues au monde. Cette voiture a également joué un rôle précurseur dans l’électrification de la mobilité individuelle en soi: en effet, Volkswagen s’occupait de propulsion électrique en 1976 déjà sur la base de la Golf I.

VW Golf: également un précurseur électrique

VW Golf: également un précurseur électrique

La Golf de VW n’est pas seulement le modèle pionnier de la classe moyenne des compactes et l’une des voitures les plus vendues au monde. Cette voiture a également joué un rôle précurseur dans l’électrification de la mobilité individuelle en soi: en effet, Volkswagen s’occupait de propulsion électrique en 1976 déjà sur la base de la Golf I. Deux années après le lancement du modèle à succès suivant, l’entreprise réagit à la crise pétrolière touchant à sa fin, avec une version électrique de ce modèle. Plus tard, une variante électrique fut proposée pour presque toutes les générations de modèles. Toutefois, l’intérêt resta longtemps mesuré.

 

1976: la Golf I électrique

Dans le premier projet électrique de la Golf, seuls des véhicules d’essai furent produits. Mais la prise de conscience de la finitude des réserves de pétrole globales se révéla pour la première fois. D’un point de vue technique, la e-Golf présentait une construction simple: le moteur essence de 75 ch fut remplacé par un moteur électrique à courant continu qui était couplé avec la boîte à quatre rapports de série. La batterie composée de 16 accumulateurs en plomb de 6 V était alimentée en courant au moyen d’un chargeur de bord à une prise de 220 V conventionnelle. Cette procédure de recharge durait environ douze heures.

 

VW Golf CitySTROMer
Source: Volkswagen AG

 

1981: Golf I CitySTROMer

Les choses devinrent un peu plus sérieuses cinq ans plus tard. Un projet pilote, de nouveau avec la Golf I, fut lancé en collaboration avec la «Gesellschaft für elektrischen Strassenverkehr» (GES) fondée par le fournisseur d’énergie RWE. Environ 25 unités de la voiture électrique dénommée Golf CitySTROMer furent été produites en très petite série. Cette voiture fut utilisée à titre de véhicule de flotte chez RWE et pour une utilisation privée des collaborateurs. La Golf CitySTROMer disposait d’accumulateurs en plomb et pesait environ 1,5 t. Affichant une autonomie d’environ 60 km, elle peut être considérée comme l’un des premiers véhicules électriques pratiques au quotidien.

 

1985: Golf II CitySTROMer

Une version CitySTROMer de la deuxième génération de la Golf fut également produite. Dans le principe, on utilisa la même technique que pour le modèle précédent. 70 unités de la Golf CitySTROMer II furent produites, lesquelles furent mises à la disposition de divers fournisseurs d’énergie à des fins de test et d’expérience pratique. Les Golf CitySTROMer II trouvèrent avant tout leur application dans le service clients et furent ensuite vendues à des particuliers. Une variante hybride de la Golf II fut également proposée pour la première fois. À partir de 1990, AMAG a soutenu un essai de flotte avec 20 véhicules hybrides parallèles, sous le suivi scientifique de l’École polytechnique fédérale de Zurich. Cependant, les batteries de la Golf II hybride ne pouvaient entraîner le moteur électrique que pour environ 25 km, pas assez pour un lancement sur le marché. Sa petite sœur, la VW Jetta II, a elle aussi bénéficié d’une variante CitySTROMer.

 

VW Golf CitySTROMer
Source: Volkswagen AG

 

1993: Golf III CitySTROMer

Lorsque la Golf III arriva sur le marché, VW collaborait avec Siemens et sortit une nouvelle édition de la CitySTROMer. Entre 1993 et 1996, 120 exemplaires au total quittèrent les chaînes de montage et furent mis en vente libre. Avec une vitesse constante de 50 km/h, l’autonomie maximale atteignait 90 km. Pour recharger la batterie à hauteur de 80%, il fallait compter une heure et demie. La technique de stockage et de recharge de l’époque présentait un faible niveau de performance par rapport à aujourd’hui. Toutefois, ce véhicule utilisait déjà la récupération de l’énergie de freinage, une technologie devenue depuis un standard dans les voitures électriques modernes. Sur l’île de la mer Baltique Rügen, quelques Golf III CitySTROMer furent soumises à un essai pratique dans des conditions difficiles. On put en recueillir des informations importantes pour le développement futur des voitures électriques. Deux VW Golf III CitySTROMer participèrent en outre à un essai à grande échelle réalisé avec des électromobiles légères (LEM) à Mendrisio.

 

CitySTROMer
Source: Volkswagen AG

 

2010: Golf VI blue-e-motion

La Golf blue-e-motion que Volkswagen présenta en 2010 au sommet de la mobilité électrique de Berlin, représenta une grande avancée technologique. Cette voiture électrique basée sur la sixième génération de Golf fut uniquement testée à titre de prototype dans un essai de flotte. La Golf blue-e-motion était équipée de batteries lithium-ion et d’un système de recharge rapide haute tension. Elle disposait en outre d’un mode de récupération d’énergie et de trois profils de conduite qui agissaient sur le dynamisme et l’autonomie.

 

2013: e-Golf

L’e-Golf qui est basée sur la Golf VII fut le premier modèle VW entièrement électrique et fabriqué en grandes séries à entrer dans l’histoire. Le puissant moteur électrique synchrone atteignait un couple de 270 Nm; la batterie lithium-ion et l’ensemble de la chaîne cinématique étaient des développements propres à l’entreprise et étaient montées dans le plancher du véhicule. La batterie pouvait être rechargée à 80% de sa capacité en seulement 20 minutes à une station de recharge dotée d’un système CCS. Lorsque la Golf VII bénéficia d’une version liftée, la e-Golf fut également revisitée. La puissance du moteur fut augmentée à 100 kW/136 ch, le couple et l’accélération furent améliorés et l’autonomie maximale atteignit les 300 km.

 

CitySTROMer

Autres contenus